vendredi
20
mai

La pâque juive et le chrétien

Je suis l’Éternel… Et je verrai le sang, et je passerai par-dessus vous, et il n’y aura point de plaie à destruction au milieu de vous, quand je frapperai le pays d’Égypte. Ex 12:13

L’Éternel avait conduit en Égypte Jacob et ses fils. Quatre cents ans plus tard, Dieu entend le cri de son peuple, esclave dans ce pays, qui soupire sous les mauvais traitements. Il prépare un serviteur, Moïse, élevé à la cour du Pharaon, pour le délivrer. Mais le souverain du pays refuse de laisser partir le peuple. Des «plaies» s’abattent sur l’Égypte jusqu’à ce terrible jugement qui doit atteindre, dans chaque famille, les premiers-nés des hommes ou des bêtes.

Dieu donne un moyen à son peuple afin de l’épargner: dans chaque famille, sacrifier un agneau mis de côté à cet effet, mettre son sang sur l’extérieur de la porte et en manger la chair (Ex 12:7,8). Que de questions les Israélites ont-ils dû se poser! Que de craintes durant cette nuit! Pourquoi le peuple serait-il épargné? Serait-il moins pécheur que les Égyptiens? Josué rappellera qu’Israël a aussi servi les dieux égyptiens (Jos 24:14) sur lesquels Dieu va exercer des jugements.

Les Israélites peuvent reconnaître dans le sacrifice demandé le geste accompli par leurs pères pour rencontrer Dieu: le sacrifice d’un animal. Il leur faut ajouter foi au moyen choisi par Dieu: un agneau par maison (Ex 12:3).

Le chrétien comprend la valeur symbolique d’une telle circonstance: Notre pâque, Christ, a été sacrifiée (1Co 5:7). En effet, le sang de l’agneau de la pâque, sans défaut, qui mettait le premier-né à l’abri de la colère de Dieu, est une image du sang de Christ, versé à la croix.

Comme cet Israélite en Égypte, le croyant était aussi coupable que les autres hommes. Mais il a accepté le salut proposé par Dieu en Jésus. Il est ainsi mis à l’abri du jugement de Dieu. Cette mort substitutive de Christ, reconnue par Dieu, à laquelle le croyant accorde foi, nourrit sa vie spirituelle (Jn 6:55). C’est ce qu’illustre de façon concrète la pâque juive pour le chrétien.

Plaire au Seigneur

Enseigne-moi à faire ce qui te plaît. Psaumes 143:10

Marchez comme des enfants de lumière... éprouvant ce qui est agréable au Seigneur. Éphésiens 5:8,10

Ces deux citations de la Bible illustrent les deux objectifs prioritaires du chrétien :

  • Connaître ce qui plaît à Dieu
  • Vivre d'une manière agréable au Seigneur

Plaire au Seigneur est un recueil de citations de la Parole de Dieu et de commentaires associés. Cet ouvrage vous propose chaque jour des repères bibliques pour une vie chrétienne pratique dans le monde d'aujourd'hui.

Les textes journaliers ont été rédigés par une équipe d'une vingtaine de chrétiens.

En Afrique francophone (Burkina-Faso, Congo-RC, Congo-RDC), le volume annuel de Plaire au Seigneur est disponible auprès des Centres Bibliques.