vendredi
14
décembre

Le sacrifice de paix et la cène

C’est ici la loi du sacrifice de prospérités qu’on présentera à l’Éternel: si quelqu’un le présente comme action de grâces, il présentera, avec le sacrifice d’action de grâces, des gâteaux sans levain pétris à l’huile, et des galettes sans levain ointes d’huile, et de la fleur de farine mêlée avec de l’huile, en gâteaux pétris à l’huile. Le 7:11,12

Le sacrifice de prospérité, que l’on peut traduire par sacrifice de paix, appelé encore sacrifice de communion ou d’action de grâces, était offert en général par le chef de famille qui invitait ses proches, ses amis ou ses voisins. Nous le voyons dans le cas d’Elkana (1Sa 1:24) comme dans le cas de Samuel, lorsqu’il se rend chez Isaï pour oindre David comme roi sur Israël (1Sa 16:5).

C’était un sacrifice d’action de grâces, de reconnaissance, c’est-à-dire de louange et d’adoration envers l’Éternel, en même temps qu’une occasion de rencontre et de joie. C’était un sacrifice sanglant: le sacrificateur répandait le sang de l’animal égorgé, image du sacrifice futur de Christ à la croix. On présentait aussi des offrandes de gâteaux sans levain (dans la Bible, le levain représente toujours le mal). Ces offrandes parlaient par avance de la perfection de l’homme Christ Jésus, de sa totale absence de péché, de ses souffrances, de sa vie qui montait, tout entière, comme un parfum pour le Père.

Lorsque nous adorons ensemble notre Dieu et Père, nous le faisons comme des sacrificateurs consacrés à Dieu et nous rappelons le sacrifice de notre Seigneur Jésus Christ qui est le fondement de nos relations de paix avec Dieu.

Tous ceux qui présentaient un sacrifice de paix avaient une part au sacrifice; ils étaient ensemble en communion avec l’Éternel. Il en est de même lorsque nous prenons la cène: nous avons communion ensemble avec Christ, avec son corps donné pour nous, avec son sang versé pour nous (1Co 10:16,17).

Dans nos prières d’action de grâces, nous rappelons que le Fils de Dieu est venu sur la terre pour être un homme comme l’un de nous, mais sans péché. Mis à l’épreuve par les souffrances, il s’est montré parfait, donc apte à se substituer à nous sous le jugement de Dieu que nous avions si grandement mérité.

Seuls les chrétiens nés de nouveau, donc membres du Corps de Christ, peuvent participer en pleine paix à la fête d’action de grâces, à la louange, à l’adoration, à la cène elle-même.

Plaire au Seigneur

Enseigne-moi à faire ce qui te plaît. Psaumes 143:10

Marchez comme des enfants de lumière... éprouvant ce qui est agréable au Seigneur. Éphésiens 5:8,10

Ces deux citations de la Bible illustrent les deux objectifs prioritaires du chrétien :

  • Connaître ce qui plaît à Dieu
  • Vivre d'une manière agréable au Seigneur

Plaire au Seigneur est un recueil de citations de la Parole de Dieu et de commentaires associés. Cet ouvrage vous propose chaque jour des repères bibliques pour une vie chrétienne pratique dans le monde d'aujourd'hui.

Les textes journaliers ont été rédigés par une équipe d'une vingtaine de chrétiens.

En Afrique francophone (Burkina-Faso, Congo (RC), Congo (RDC) et Gabon), le volume annuel de Plaire au Seigneur est disponible auprès des Centres Bibliques.